• Yogamar

Le Vinyasa yoga : fluidité & dynamisme



Une forme de méditation en mouvement


Le yoga Vinyasa tel qu'on l'entend aujourd'hui est caractérisé par l'enchaînement fluide de postures et de transitions dynamiques en harmonie avec la respiration (le terme sanskrit vinyasa signifie d'ailleurs synchronisation du mouvement à la respiration).


Si le yoga Vinyasa est relativement récent (il émerge au début du 20ème siècle en Inde à travers l'enseignement de T. Krishnamacharya), il repose bel et bien sur les principes du yoga traditionnel tout en répondant aux besoins des pratiquants qui ont évolué avec le temps. Parmi les pratiques dynamiques (dites yang en opposition au yin), il se différencie de l'Ashtanga yoga par la grande liberté qui le caractérise. Quand l'Ashtanga consiste en des séries de postures enchaînées dans un ordre précis, le yoga Vinyasa lui, est libéré de toute codification. Il permet à l'enseignant de composer des séances librement selon les thèmes qu'il souhaite aborder et le public concerné, et d'insuffler son style et sa créativité dans la séquence ainsi "chorégraphiée".


Les compositions de vinyasa sont infinies, ce qui séduit particulièrement son public, au même titre que sa réputation de pratique dite “physique”, bien qu'il ne saurait être réduit à cette dimension. Ces caractéristiques le rendent très attractif dans nos sociétés modernes et font qu’il est souvent considéré par beaucoup comme une porte d'entrée vers les enseignements du yoga. Néanmoins, il est important de noter que c’est une pratique exigeante physiquement et qui demande bien souvent des bases solides.


Cette pratique intense sollicite l'ensemble du corps, développe la force, améliore la mobilité, favorise la souplesse. Il permet l'évacuation des tensions et une meilleure circulation des énergies, renforçant ainsi la vitalité. Au-delà des nombreux bienfaits physiques, il permet grâce à l'immersion totale dans l'action au rythme de la respiration, d'atteindre un profond sentiment de médiation en mouvement et d'équilibre.


Image : Dessin au feutre sur papier, Ronan Bouroullec